Nous avons 56 invités et aucun membre en ligne

 

Recherche d'envergure au Bouveret avec les 3 bateaux ainsi que les pompiers de Monthey, Vouvry, sauvetage de St-Gingolph. le mardi 10 octobre 2017.

1er exercice à l'échelle 1/1 avec les bateliers 

La région du Bas-Valais a été mandatée par l'OCVS pour mettre en place un projet pilote d'intervention entre les plongeurs, les pompiers et le sauvetage de St-Gingolph. Qui intervient si une embarcation est en difficulté sur le lac, un bateau retourné avec des personnes disparues. Une recherche dans le Rhône? est-il navigable ? quel bateau prendre si il y a très peu d'eau. Qui alerte les plongeurs pour une recherche subaquatique?

Voilà un panel de questions qui mérite des réponses, et ensuite des entraînements entre tous les intervenants, de façon à créer "des gestes moteur" et ainsi gagner du temps lors d'une intervention, sans oublier le domaine de la sécurité qui est omniprésent dans chaque intervention.

   
Il n'y a pas besoin de faire des milliers de kilomètres pour savourer un moment de plénitude avant l'effort

 

Un plongeur par ici, un batelier par là, un pilote de bateau au quai. Bref, nous sommes une bonne vingtaine de personnes dont deux groupes de 5 plongeurs. Yann et Eric, les deux directeurs d'exercice nous expliquent en détail le travail à accomplir.Il y aura une recherche avec bouées formant un rectangle de 50m x 30 m et une recherche tractée. Le but étant que les bateliers et les pilotes de bateaux se familiarisent avec le matériel utilisé par les plongeurs.

 

Une alarme vient d'arriver par SMS sur les natels des officiers de piquet, un bateau s'est retourné près du port de la CGN au Bouveret. Aussitôt sur place, le bateau du sauvetage de St-Gingolph envoie un plongeur de surface sous l'embarcation. Il découvre une personne en état de choc, respirant sous la bulle d'air de la coque du bateau. Il nous annonce qu'il a vu couler ses deux compagnons. De suite le responsable sur place déclenche les renforts et demande les deux autres bateaux ainsi que les plongeurs d'intervention pour faire une grande recherche d'envergure.

Voici la recherche tractée

Une barre de 4 m est fixée sur le bateau, depuis cette barre partent 4 cordes (comme le ski nautique) longues de 20 m. Les plongeurs s'immergent et le bateau navigue en marche arrière à vitesse réduite. Cette façon de faire permet de couvrir une longue distance avec 4 plongeurs à la fois. Dès qu'un des plongeurs repère la personne disparue, il abandonne le dispositif et envoie un parachute de marquage pour la récupération. Les autres plongeurs continuent la recherche.

Un autre groupe de 5 plongeurs est prêt à faire une recherche aux alentours du chavirage de l'embarcation. Pendant que ceux-ci se préparaient, les bateliers ont pris dans le camion les bouées, les corps-morts et les cordes pour placer en un temps record un rectangle de 50 x sur 30 m, les cordes au fond servent de point de repère pour effectuer une recherche à l'intérieur de ce rectangle. Il n'est pas facile de garder le cap, tout en ayant les yeux rivés aussi sur le fond. Très bon exercice également. Voilà plus de 35 minutes que les plongeurs effectuent les diverses recherches, qui trouvent de nouvelles astuces pour gagner du temps tout en étant efficace. Ensuite c'est le moment du rétablissement et comme à son habitude, le Commandant du feux de Vouvry avec Yann et le cuisinier de service, ne laisse pas rentrer ses hommes le ventre vide. C'est autour d'une bonne soupe à la courge, avec ses accompagnements que le débriefing a eû lieu. 
Pour un premier exercice de cette envergure, les échos sont très positifs, chacun a pu s'exprimer et des propositions ont été faites pour apporter des améliorations ou des modifications. De plus cet exercice s'est déroulé en partie de nuit, ce qui augmente la difficulté. Un grand merci aux organisateurs du cours et à tous les participants qui prennent toujours cette formation avec sérieux, afin d'être au top le moment venu.