Nous avons 28 invités et aucun membre en ligne

 

 

Dans la Vièze, de nuit le 24

novembre 2016

 

Pour la galerie d'images, cliquez ici

 

Il est 18h15, une soirée comme les autres, à regarder le défilé des informations à la TV. Soudain, le pager sonne, "alarme plongeur". Je peux vous dire que ça vous sort de suite de votre petit confort du domicile.

Le temps de prendre mon matériel et départ pour la caserne du feu de Monthey. Les minutes passent à la vitesse Grand V. On aimerait partir de suite, mais ce n'est pas possible. Pour être efficace il faut être organisé et orienté sur le travail à faire.

Le matériel de corps est prêt, le camion plongeur nous suivra sur le lieu d'intervention. Eric nous donne un bref aperçu de l'intervention et passe la parole à Johnny qui est notre chef d'intervention.




 
         

"Il vient d'y avoir une attaque à main armée à Morgins, un fuyard est passé par la Vièze, il a été aperçu vers la nouvelle passerelle et descend sur Monthey par le petit sentier. La police déjà sur place a bouclé les secteurs du haut et du bas de la rivière, rien pour l'instant. Nous pensons que le fuyard a pu tomber dans le lit de la rivière, qui a certains endroits a beaucoup d'eau et un fort courant. On va descendre en rappel dans le lit de la rivière et par équipe de deux, nous sondons les deux berges. Attention, le courant est très fort par endroit, il fait nuit, c'est très glissant, pas de geste héroïque et pas d'accident."

Arrivés au bas de la rivière, vers l'ancienne caserne militaire, nous sommes reçus par la police qui nous donne les derniers détails du moment. C'est parti pour un portage de matériel tel que cordes, civière, éclairage portatif etc...Le long du sentier escarpé. Il faut savoir que chaque homme est équipé pour la recherche en rivière avec casque baudrier, combinaison, lampe et chaussures de marche. Malgré le froid, on se croirait en été.

   

Après 1/4h de marche et de portage, on arrive sur le lieu de recherche. C'est parti pour une descente en rappel, c'est le seul moyen d'atteindre les berges de la rivière. Il y a du débit.

On progresse lentement, c'est très glissant, le binôme qui est sur la berge en assurage joue à l'équilibriste et parfois nous devons renoncer à sonder dans le courant, au risque de se mettre nous aussi en danger. On cherche dans les moindres recoins et soudain dans une vasque, un plongeur repère avec sa lampe une forme qui ne ressemble pas à un caillou. C'est un sac. En regardant autour de nous, on s'aperçoit que la vasque est surmontée d'une petite falaise, il est fort possible que la personne qu'on recherche soit tombée dans le lit de la rivière et emportée par le courant. Le sac retrouvé est aussitôt remis à la police, il s'agit bien d'un des objets recherchés.

Ca nous encourage à redoubler d'efforts, même si cela fait maintenant un bon moment que nous sommes dans l'eau. On passe dans des endroits vraiment escarpés. Mais avec l'expérience, nous regardons sous des gros cailloux, où il y a souvent un retour de courant et là un corps peut rester croché.

On passe tant bien que mal deux cascades, la tête sous l'eau, car il n'y a pas le fond. C'est là qu''on se dit que notre formation continue nous apprend des bonnes techniques que nous mettons en place ce soir.

   

Juste après ce passage périlleux, le courant s'adoucit et fait place à une vasque prise entre deux falaise et peu profonde. C'est là que nous découvrons le corps d’une personne, il a dû tomber vers la première falaise ou nous avons retrouvé le sac, mais l'enquête le déterminera.

Notre travail n'est pas fini, le chef d'intervention nous a suivis depuis le haut du sentier, accompagné de deux policiers, de la civière et du matériel d'éclairage portatif. Il faut maintenant nous descendre la civière pour y déposer la dépouille afin de la remonter sur le sentier.

Après quelques minutes, chacun rejoint la terre ferme avec la déception de ne pas avoir pu sauver une personne de la noyade, mais avec le sentiment du devoir accompli.

Il est temps maintenant de réunir le matériel de faire le chemin inverse et de nous rétablir. Il est 21h15. Le chef d'intervention nous débriefe tout de suite sur le déroulement de l'intervention avec les bons réflexes et ceux à éviter. Cela nous aidera pour une prochaine intervention.

     

Voilà, tout ceci est le résumé de l'exercice plongeur que nous avons effectué jeudi soir. L'adrénaline en moins, nous étions à fond dedans.